COVID-19, Coronavirus, épidémie, on est d’accord, c’est des mots qu’on a marre de lire et d’entendre. Et pourtant il semblerait que ce ne soit que le début… Avec la rentrée qui approche, les cours qui vont reprendre, c’est parfois un peu le flou sur les conditions de retour à l’école ou à la fac. De plus, le chef du service réanimation à Garches, Djillali Annane, souhaite « rendre obligatoire le dépistage des 15-40 ans, avant de rentrer au lycée ou à la fac« .

Le COVID-19 repart et la rentrée approche…

Jeunes, vieux, ça ne veut pas dire grand chose. Pendant le confinement, t’as essayé de préserver tes proches, de rester à la maison et te mettre à la tendance des apéros en ligne, c’était génial ! Maintenant, que l’on peut se déplacer presque librement (masque obligatoire dans ta poche pour tous tes déplacements), il semblerait que d’autres obligations puissent voir le jour à la rentrée.

Pour le professeur Annane, nous « les jeunes » sommes ceux qui doivent être le plus sensibilisés face au virus. En effet, c’est chez les 15-30 ans que le virus circule activement en ce moment.

Il souhaite « arrêter la transmission et la circulation du virus ». Entre nous, depuis quelques semaines les chiffres partent à la hausse et avec le déconfinement, la réouverture des terrasses, il est vrai que les gestes barrières sont parfois moins mis en place et donc peu respectés.

Augmenter la sensibilisation face au virus

Il ajoute que « les jeunes n’ont pas intégré le message selon lequel ils n’allaient pas avoir de symptômes tout en étant contagieux, ils allaient pouvoir transmettre l’infection à des personnes plus fragiles dans leur entourage familial, professionnel ou scolaire« . Ça c’est un point discutable, parce que bon on est tous responsables et capables d’aller se faire dépister, de porter un masque et de respecter les gestes barrières.

L’idée donc serait de mettre en place plus de dépistages, notamment dans les gares ou encore sur les plages (si tu as eu la chance de partir en vacances cet été ». C’est une bonne initiative, cependant, elle semble dans la réalité quasiment impossible à mettre en place. Il aimerait aussi que les personnalités publiques comme les footballeurs et influenceurs réalisent des messages de prévention.

Reste à voir ce qu’il en sera dans quelques semaines !