La plus belle semaine sport de ma vie. Il y en avait de tous les côtés. En foot, en tennis, en moto, en formule 1. Je vais te faire un gros résumé tiens toi prêt. Au passage je vais t'expliquer en deuspi le concept de la Super League, je sais pas si tu en as entendu parler, dans le doute je vais t'éclaircir ce projet (de merde).

Paris, enfin !

C'est à 22h53, le mardi 13 avril, dans un petit coin du 16ème arrondissement, que le PSG a écrit, la plus belle page de son histoire. Héroïque, brave, glorieuse, courageuse, généreuse, sublime. Tant d'adjectifs peuvent désigner la performance XXL des joueurs parisiens.

Dominateurs dans tous les compartiments, les parisiens n'ont jamais réussi à trouver le chemin des filets. La situation est devenue parfois comique, avec trois montants touchés par Neymar. C'est dans ces moments, quand rien ne veut entrer, que tu te dis, que le match est écrit.

Pour confirmer ces propos, les munichois vont ouvrir le score juste avant la mi-temps par l'intermédiaire de... Choupo-Moting, ancien parisien.

1-0 à la pause pour les allemands. On fait les calculs. Le PSG est encore qualifié, mais il faudra un but du Bayern pour éliminer les parisiens. À l'instar, si le PSG marque, le Bayern pour se qualifier, devra gagner 3 buts à 1 pour se qualifier (va expliquer à ta meuf que si Paris perd, y aura nul en cumulé, mais Paris aura quand même gagné). Le jeu reprend, la pression monte.

Neymar face à deux joueurs du Bayern

Parce que la bande de Muller n'a pas l'intention de repartir de France avec une élimination, les allemands vont pousser, pousser, pousser... Mais ce soir là, Paris a dit non. Pourtant à force de ne pas marquer, et menés par un but d'écart en fin de match, tous les parisiens ont vu renaitre en eux, les vieux démons du passé.

Éliminés face à Chelsea à la 87 ème minute, par Barcelone à la 95ème minute, par Manchester à la 91ème minute. Les allemands n'ont cessé d'attaquer et pris d'assaut la défense parisienne pendant plus de 30 minutes, mais ce soir, Paris a dit non. Paris a tenu, n'a pas paniqué, et s'est qualifiée.

22h53, entre cris de joie, soupirs de soulagement, aisselles en sueur, pleurs, les parisiens, supporters, joueurs, ou membres du staff ont réalisé que ce soir-là, les démons étaient définitivement partis et que le Paris-Saint-Germain venait d'écrire, ce qui est jusqu'à présent, la plus belle page de leur histoire.

Joueurs parisiens célèbrent leur victoire

Tsitsipas sacré à Monte-Carlo

Dans une finale 100% Next Gen, opposant Tsitsipas à Rublev, on était sûr d'assister à un beau spectacle. Entre le grec, qui n'a pas perdu un seul set du tournoi, et le russe, tombeur à la surprise générale de Nadal, en 1/4 de finale, ce sommet s'annonçait électrique.

Pourtant le match n'a été que dans un sens. Tsitsipas a imposé son rythme et n'a laissé aucune chance à son adversaire d'y croire ne serait-ce, une seule seconde. 6-3 6-3 en 1h12 de jeu, Stefanos était pressé de rentrer.

Tsitsipas avec son trophée

Avec cette victoire, il s'offre son premier Masters 1000 en carrière, en même temps avec un aussi bon sparring que moi quand on était plus jeune, normal qu'il soit au top du top aujourd'hui (c'est faux je l'ai juste échauffé 20 minutes avant un de ses matchs).

À un peu plus d'un mois de Roland-Garros, le grec ne pouvait pas autant se mettre en confiance pour le début de la saison sur Terre-Battue.

Cette-fois, c'est pour Verstappen

Second au premier Grand Prix, cette fois-ci, hors de question qu'il finisse derrière le britannique, Hamilton. Positionné 3ème sur la grille, il réussit un départ de folie et dépasse son concurrent direct dès le premier virage. Il ne lâchera plus la tête de la course, hormis lors de son passage au stand.

Sur un circuit complètement détrempé, ce fut une course pleine de rebondissements. Une safety-car dans les premiers tours et un nouveau départ en milieu de course après le crash de Valteri Bottas et Russell, cette course a été animée du début à la fin. Verstappen est resté dans sa bulle pour venir chercher sa onzième victoire en Grand-Prix. Hamilton se hisse sur la deuxième place après être remonté de la 9ème place.

Au classement général Hamilton garde la tête du championnat, pourquoi ? Car il a effectué le meilleur tour lors du dernier Grand-Prix, ce qui lui a fait gagner un point en plus. Derrière lui, a donc un point, Verstappen. Lando Norris ferme le podium.

Classement général

Après deux courses de folie et un classement déjà ultra-serré, on s'attend à un championnat monumental, entre deux pilotes qui ne rêvent que d'une chose, être sacré champion du monde.

Quartararo, encore

Le Français Fabio Quartararo gagne son deuxième Grand Prix d’affilé. Il prend ainsi la tête du championnat du monde de MotoGP, après trois courses.

Quartararo a remporté, ce dimanche 18, son deuxième Grand Prix d’affilée cette saison, à Portimao (Portugal), et pris la tête du championnat du monde avec quinze points d’avance.

Quartararo sur la ligné d'arrivée
©PATRICIA DE MELO MOREIRA/AFP

Derrière lui sur le podium ? L’Italien Francesco Bagnaia, deuxième du championnat, et l’Espagnol Joan Mir, le champion en titre.

En pôle position, Fabio Quartararo a vécu un début de course un peu compliqué, mais a bataillé. Il est remonté et a pris les commandes dans le neuvième tour, il ne les lâchera plus. Il a même creusé l’écart pour s’imposer avec 4s809 d’avance.

Prochaine échéance, le 2 mai, en Espagne.

Les parisiennes suivent le mouvement

En foot féminin, les parisiennes ont elles aussi réalisé un exploit monumental, en éliminant les lyonnaises, septuple championne d'Europe.

Une victoire 2 buts à 1 a suffi aux parisiennes pour obtenir leur place dans le dernier carré. Après avoir perdue 1-0 sur leur pelouse, cette victoire les qualifie grâce aux nombre de buts qu'elles ont mis à l'extérieur (2 pour les parisiennes, 1 seul pour les lyonnaises). En demi-finale elles retrouveront le FC Barcelone, club contre lequel elles n'ont jamais perdu.

Les confrontations ont lieu le 25 avril et le 2 mai prochain. Entre hommes et femmes, le PSG n'a jamais été aussi proche de ramener un titre européen.

La Super League

Que tu aimes le foot ou non, tu vas beaucoup entendre ce nom, la Super League. Tout le monde ne fait que s'opposer à cette création, mais pourtant elle aura bien lieu. Je t'explique tout de suite, qu'est ce que cette ligue et pourquoi elle est autant sujet de controverse.

Slogan contre la Super League

Je t'avoue que c'est encore un peu flou, et même pour un connaisseur ce n'est pas encore clair.

La Super League regroupe douze grands clubs, une compétition privée pour suppléer la Ligue des champions. Au total, il y aura 20 équipes, dont douze «clubs fondateurs» dévoilés lundi, plus trois autres «clubs fondateurs» encore à définir, plus cinq qualifiés chaque année «sur la base de leurs résultats de la saison précédente».

Pour le moment, les clubs sûrs d'y participer sont : Manchester United, Liverpool, Arsenal, Chelsea, Manchester City, Tottenham, FC Barcelone, Real Madrid, Atletico Madrid, Juventus, AC Milan, Inter Milan.

La déroulement de la compétition :

  • Phase de groupe avec deux poules de dix clubs chacune, avec des matchs aller-retour se disputant le mardi, mercredi et jeudi, comme un championnat.
  • Les trois meilleures équipes de chaque poule seront qualifiées pour les quarts de finale. Les équipes classées 4e et 5e dans chaque groupe s’affronteront en barrage aller-retour pour déterminer les deux derniers qualifiés pour les quarts.
  • Les quarts de finales et demi-finales se disputeront ensuite en matchs aller-retour. Le vainqueur sera désigné à l’issue d’une finale sur terrain neutre, fin mai.

T shirt de joueurs avec un slogan contrela Super League

Pourquoi est-elle autant critiquée ? Car cette ligue ne prendra pas en compte le mérite sportif. Les 15 clubs formateurs, qu'ils soient bons ou mauvais, seront présents chaque saison, et seulement 5 clubs qui le méritent pourront aspirer à les rejoindre pour une seule saison. Le mérite sportif ne sera donc plus d'actualité et seul le rapport à l'argent sera préconisé.

Depuis hier, tous les footballeurs, journalistes, supporters se mobilisent contre cette ligue.

Une réunion au sommet doit avoir lieu dans quelques heures. L'UEFA en opposition totale avec cette league, a menacé d'exclure les clubs y participant, de toutes compétitions européennes (Ligue des Champions, Europe League), d'exclure les clubs de leurs championnats nationaux, et d'interdire aux joueurs de jouer la Coupe du Monde, l'Euro et la Copa America.

On en saura plus dans les prochaines heures, mais le football est dans un tournant considérable.