Oui je suis désolé il n'y a pas eu de 3ème mi-temps pendant deux semaines, j'espère que tu t'en es rendu compte et que t'étais triste. Bref, c'est bon je suis de retour alors assis toi bien, car ça a bougé cette semaine.

Le XV de France au bout du suspense

Les cas de coronavirus au sein de l'effectif n'étant qu'un lointain souvenir, l'équipe de France a pu reprendre son tournoi des VI nations. Malgré une défaite subie dans les derniers instants face aux anglais le 13 mars dernier (23-20), les <français ont réalisé un petit exploit ce samedi, face au XV du poireau.

Dominateurs une bonne partie de la rencontre et en supériorité numérique après l'exclusion de Willemse à la 67ème minute. Les Gallois ont finalement craqué à la fin du match. Les Français inscrivent un essai par Ollivon à la 76ème minute, transformé par Ntamack. Puis, menée alors 27-30 à 4 minutes du coup de sifflet final, l'équipe de France pouvait tenter un drop, une pénalité pour égaliser à 30-30 ou tenter de marquer un essai pour s'imposer.

Après une longue phase de conservation et l'annonce de la fin du temps règlementaire, le XV de France a su trouver une ouverture sur le côté gauche, marquant l'essai de la victoire (Brice Dulin, 80ème minute).

Français qui célèbrent la victoire

Score final, 32-30, une réponse de champion, une équipe de champion. À l'aube de la Coupe du Monde 2023, qui aura lieu en France, voir une telle équipe et un tel collectif, ne présage que de bonnes choses.

Pinturault, le gros globe, c'est enfin pour lui

Alexis Pinturault et son trophée

Peut-être l'athlète le plus patient de sa génération. Après avoir été dans l'ombre de Hirscher pendant quasiment une décennie, le skieur français a enfin pu soulever le trophée dont il rêvait tant.

C'est la première fois qu'un Français depuis Luc Alphand en 1997, remporte le gros globe. Pour tous les Français, comme pour Alexis Pinturault, ce sacre est un éloge de patience et de travail acharné pendant des années, attendant que son heure sonne.

8 années consécutives à regarder la légende Marcel Hirscher se faire couronner à sa place. Monstre de sa discipline, l'autrichien a cependant décidé d'arrêter sa carrière, juste avant le début de la saison 2019-2020.

Ça y est, il est enfin seul, face à lui-même pour réaliser son rêve. Pensant alors cette année là, décrocher enfin le titre tant convoité par tout skieur, c'est un autre adversaire qu'il l'a empêché d'être couronné... le coronavirus.

Pourtant Pinturault ne se laisse pas abattre, se tait, continue l'entraînement et revient encore plus fort. 2021, ça y est, en tête du classement général, il ne peut plus rien lui arriver, cette fois c'est la bonne. Alexis Pinturault a remporté le gros globe, des suites de sa victoire en géant à Lenzerheide le 20 mars 2021 ... jour de ses 30 ans.

"Le plus beau cadeau que je pouvais me faire !", mais également le plus beau cadeau qu'il pouvait nous faire. Acharné de travail, régulier depuis des années, ce sacre est sans aucun doute le premier, mais sûrement pas le dernier.

Lyon-PSG, un choc à la hauteur des espérances

Les parisiens ont connu une vive désillusion, la semaine dernière, s'inclinant à domicile face au FC Nantes, pourtant relégable (1-2). Lyon au même moment faisait match nul à Reims (1-1), ce qui amène nos deux équipes à se retrouver 2 et 3ème avec le même nombre de points (60), à trois longueurs des lillois.

Après une défaite totalement inattendue à domicile face à Nîmes (1-2), le LOSC a raté l'occasion de creuser l'écart avec ses prétendants. C'est donc deux clubs, soifs de prendre la tête du championnat, qui se sont présentés au Groupama Stadium dimanche dernier.

Le suspense n'aura duré que... 32 minutes. Paris a réalisé une première mi-temps XXL, sûrement la meilleure de leur saison. Ultra dominateur, ne laissant rien au lyonnais, c'est logiquement que les champions de France rejoignent les vestiaires avec une avance de 2 buts à rien.

On se dit alors qu'en deuxième mi-temps les lyonnais vont revenir avec de meilleures intentions, pourtant, seulement 2 minutes après la reprise, Di Maria inscrit le 3ème but parisien.

4-0 à la 52ème grâce à Killian Mbappé qui s'offre le doublé, Lyon n'existe plus. Sursaut d'orgueil, Lyon réduit l'écart à la 62ème minute, puis revient à 4-2 à la 81ème minute. Réaction beaucoup trop tardive, le match est déjà fini depuis bien longtemps, l'addition sera juste un peu moins salée.

Célébration des joueurs parisiens
©JEFF PACHOUD / AFP

Une réponse de champion. Paris a su sortir LA prestation qu'il fallait, au meilleur des moments. En tête du championnat à égalité de points avec Lille, la course finale au titre, et à l'Europe, est loin d'être finie.

Classement de la Ligue 1

Prochaine grosse échéance, PSG-Lille le 3 avril au Parc des Princes, 4 jours avant de se déplacer au Bayern Munich. Une belle répétition générale en perspective.

Karatsev, de l'ombre à la lumière

Oui, c'est sûrement un nom que tu ne connais pas, ou que tu commences à entendre. Aslan Karatsev, révélation de l'Open d'Australie, remporte son premier titre à l'ATP 500 de Dubaï.

Le 11 janvier, Karatsev se qualifie en 3 sets pour le second tour des qualifications de l'Open d'Australie. Il se hissera à la surprise générale, jusqu'en demi finale, éliminant des cadors du circuit comme Schwartzman, Auger-Aliassime ou Grigor Dimitrov. Il s'inclinera face au futur vainqueur, Novak Djokovic.

Il remporte ainsi, quelques semaines plus tard, le tournoi de Dubaï, en éliminant les jeunes talents du circuit Rublev (en 1/2 finale) ou Sinner. Il retrouve en finale, un autre joueur dont la qualification était complètement inattendue, George Harris. En état de grâce après sa victoire face au 4ème joueur mondial Dominic Thiem, le sud africain a fait forte impression pour se retrouver jusqu'en finale, éliminant Nishikori et Denis Shapovalov.

Logiquement favori, Aslan Karastev s'impose en 1h17 de jeu dans cette finale, 6-3 6-2, au terme d'un match sans suspense. A 27 ans peut-on encore lui promettre un bel avenir ? Ou cette aventure n'est qu'une parenthèse enchantée qui va vite se refermer ?